#LoiTravailFOditNON

, par Alain LEFEBVRE

Les salariés, actifs et retraités, les étudiants et les lycéens ont à nouveau montré le 24 mars 2016 leur détermination à obtenir le retrait du projet de loi travail.

Ce projet ainsi que toutes les mesures que nous avons combattus ANI – Contre-réforme des retraites – pacte de responsabilité – loi Macron – Rebsamen – loi NOTRe, alors qu’elles étaient annoncées par le gouvernement comme étant celles qui sortiraient le pays de ses difficultés et inverseraient la courbe du chômage sont au contraire celles qui accentuent le chômage, entraînent précarité et pauvreté et ne conduisent pas au retour à la croissance.

De toute évidence, la mobilisation est nécessaire, la grève interprofessionnelle et la manifestation du 31 mars 2016 sont plus que jamais d’actualité en premier lieu pour obtenir le retrait du projet de loi en faisant la démonstration que les travailleurs ont bien compris que toutes les mesures adoptées sont faites pour le MEDEF et les organisations accompagnatrices et non pour eux.

L’Union des Retraités FORCE OUVRIERE de PARIS appelle à rejoindre les rangs de la manifestation parisienne du 31 mars 2016 qui partira de la place d’Italie et se dirigera vers la place de la Nation à l’appel des URIF CGT-FO – CGT – FSU - SOLIDAIRES et des organisations étudiantes et lycéennes UNEF – FIDL – UNL.

Le combat des salariés, actifs comme retraités, est indivisible. C’est pourquoi, l’UCR-FO appelle les retraités, à manifester et à préparer le 31 mars, journée de grève générale interprofessionnelle et de manifestations pour le retrait du projet de loi de réforme du code du travail.

Les retraités sont solidaires avec le combat contre la loi « travail » : en fragilisant le salariat, en précarisant le travail, ce projet de loi compromet l’avenir des jeunes et favorise l’extension de la précarité. De ce fait, il tire vers le bas les ressources de la Sécurité sociale et compromet un peu plus l’équilibre des régimes de retraite.

L’UCR-FO appelle tous les retraités à se mobiliser le 31 mars contre le projet de loi « Travail » :